Cheers 1967-2006

Le premier prao atlantique de l'histoire, imaginé, dessiné, et construit par Dick Newick.


Cheers a été remis à l'eau à Port Saint Louis du Rhône (France sud) après restauration par Vincent Besin et ses amis..

Pour Vincent Besin l'histoire commence en 1968 lorsqu'il découvre la navigation au large sur Pen Duick III et perçoit que l'avenir de la course au large sera bouleversé par une nouvelle approche de l'architecture navale.

En 1968 au départ de la transat il y a plusieurs option architecturale, des plus classiques aux plus farfelues, la course avaient été imaginée par Blondie Hasler pour que des idées neuves surgissent en matière de navigation, et dans le bassin de Milbay dock il y a cote à cote Cheers et Jester qui représente sûrement la créativité voulue par les fondateurs de la course.

Cheers a été conçu et construit en 1967 aux Iles Vierges pour courir et espérer vaincre dans la transat anglaise de 1968. Pour dessiner ce champion, qui devait pouvoir être mené par un homme seul dans la plupart des conditions de météo, Dick Newick a repris l'idée du prao amphydrome polynésien mais il l'a adapté au possibilité technologique de l'époque, bois moulé et lamellé collé, grâce a cet apport technique il a pu utiliser le flotteur sous le vent( et non au vent comme le polynésiens) pour prendre appuis, il a conserver les mats sur la coque principale au vent afin d'avoir le plus grand couple propulsif possible. Les deux mats qui portent la voilure sur la coque principale, et les deux « dérives-safrans » permettent d'équilibrer le bateau de façon a ce qu'il se pilote de lui même sans l'aide d'un pilote automatique. Ce faisant, unissant son talent à une culture millénaire ,il a INVENTE une nouvelle forme de bateau qui s'est trouvée nommée PRAO ATLANTIQUE, le flotteur sous le vent permet de bénéficier de tout apport de vent pour le transformer en vitesse. Grace à la faculltéde naviguer dans les deux sens, un seul flotteur est nécessaire, ce qui permet une avancée mageure en terme de puissance et de vitesse avec une forte réduction du poids et du prix.

C'est cette invention qui fut mise à l'eau en 1967 puis convoyée par la mer des Iles Vierges à Plymouth pour prendre le départ de la Transat. Les officiels très impressionnés et inquiets ont songé un temps a interdire à Tom Follet de prendre le départ, mais ils furent finalement convaincu par le fait que le bateau avait déjà une traversée de l'atlantique à son actif et qu'une expertise indépendante menée par la Loyds leur ai confirmé qu'il s'agissait bien d'un navire océanique de 1,73 tonneaux. Cheers conquit cette année là la troisième place tout en ayant affronté une tempête tropicale, et devint le premier multicoque a gagner une place d'honneur en course au large. Ce fut une fantastique réussite pour un si petit bateau. Son rôle de précurseur sera reconnu par le gouvernement Français qui le classera au titre des monuments historiques.

Il étaient 35 au départ et 18 à l'arrivée.

En 1999 Nélie et Vincent naviguent ensemble un peu partout en Méditerranée avec leur trimaran Tricia dessiné par Dick Newick, lorsque Nélie découvre le prao, et conquise immédiatement estime que ce mode de navigation est sûrement beaucoup plus « fun » que le trimaran. Le couple se rend au conservatoire de la plaisance à Bordeaux ou le bateau est oublié comme beaucoup d'autre bateaux de la collection, ils visitent CHEERS et découvre un bateau qui ne tient plus que par la peinture, la merveilleuse invention oubliée pendant plus de trente ans à flot est pourrie et nécessite une restauration complète. Le couple de médecins, regarde ce désastre comme on regarde un enfant prodige blessé, Nélie dira simplement "il faut le prendre en pension" et Vincent organisera et réalisera de ses mains le sauvetage.

Je fait ce détour pour que chacun sache bien que la logique de cette entreprise est celle d'une histoire d'amour, celle de Nélie et Vincent qui vivent de belles pages de leur vie sur un trimaran de Dick Newick, et celle d'une amitié très forte avec le génial et délicieux homme qu'est Richard Newick, dont les bateaux ont conquis toutes les victoires de 1968 à 1984 et continuent de truster les places d'honneurs dans leurs classes respectives alors qu'il sont âgés parfois de quelques décennies !

Le 16 mars 2000 Nélie et Vincent Besin deviennent officiellement propriétaire du bateau. Le 31 janvier 2001 le bateau est classé monument historique et en mai 2002 le travail peu commencer avec l'aide de l'administration française de la culture.

Les problèmes a résoudre sont importants , le bateau est construit en bois moulé mais sans lisses et sans couples selon le principe de la coquille d'ouf, et on ne dispose pas de plans assez précis pour travailler.

La stratégie mise en place ,il y aura plusieurs phases :

  1. Les plans, comme nous n'avions pas les plans d'origine, il a fallut faire point par point le copiage du bateau pour faire un tracer du bateau grandeur nature, nous avons alors reporté le plan en vrai grandeur sur du contre-plaqué pour l'utiliser dans notre atelier.
  2. Le moule femelle, le bateau étant construit selon la formule coquille d'oeuf n'a ni lisse ni couple dans sa charpente, il donc fallu construire un moule femelle pour pouvoir démonter le bateau sans en perdre la forme
  3. Démontage de tout ce qui était pourris a l'intérieur
  4. Construction d'un moule mâle à l'intérieur de la coque, cloison tous les 20cm (8 inches) et lisse tous les 10 cm (3 inches) en vue de pouvoir consolider l'épave, la retourner, enlever la pourriture de la coque, et enfin relancer sur le moule ainsi préparé le nouveau bordé en bois moulé époxy, trois plis d'acajou de 3mm
  5. Lissage de la coque au rabot à main, puis stratification de une peau de 300gr de tissus de verre et d'époxy
  6. Construction sur moule des bras de liaison en épinette de sitka (spruce) de qualité aviation, huit plis pour obtenir des bras creux de 20X20 (8'x8')
  7. Assemblage du bateau, 2 bras, deux coques.
  8. Construction des ponts sur mannequins séparés et des carénages
  9. Enduit général du bateau, préparation apret et peinture.
  10. Pose de l'accastillage

Les mats sont d'origine et ont nécessité seulement de petites réparations

L'apparence du bateau est exactement celle qu'il avait le jour du départ de la course le 01 juin 1968

Tout le long du travail j'ai pu compter sur l'aide de Dick Newick lui même par échange internet, mais aussi en allant une fois par an dans le Maine USA rendre visite à Dick qui me montrait comment travaillaient les meilleurs chantiers de cette magnifique région du Maine, je garde un très grand souvenir de la rencontre avec Walter Green et avec Swifty .

En France, j'ai pu compter sur l'aide Monsieur Daniel Charles expert auprès du ministère de la culture, sur les représentants des affaires culturelles à Aix en Provence enfin, la ville de Port Saint Louis du Rhône, les société Navy Service, Port Napoléon et Sicomin dont les échanges techniques ont été très utiles à la réussite du projet.

Le 10 septembre 2006 Dick Newick est arrivé, de Californie, ici à Port Saint Louis du Rhône pour nous aider à finir le travail, son expérience était indispensable à ce moment parce que certaine idées avaient été perdue et nous ne les aurions sûrement pas retrouvées sans lui.

Le 16 septembre 2006 nous avons conduit Cheers à l'eau exactement comme Dick, Jim et Tom avaient du le faire en 1967 à Saint Croix ( îles vierges américaines). Le bateau mis sur une remorque et tracté par un puissant tracteur a été accompagné par une foule de spectateurs admirateurs très heureux de participer a ce moment , comme l'étaient les gens de Saintes Croix lorsqu'ils savaient que le bateau partait à la conquête de l'atlantique nord.

Arrivé sur la plage le batea a été posé sur des pare battage , maté et finalement mis à l'eau après que la nouvelle marraine, Rubie Besin 4 ans , l'aie baptisé, prenant ainsi le relais de Tootie Morris marraine de 1967.

La cérémonie s'est terminée dans la salle d'exposition consacrée a la plus belle invention de Dick Newick, le PRAO ATLANTIQUE, au milieu de photographies et de maquettes de toutes sortes de praos qui ont été construit après Cheers un peu partout dans le monde, et la soirée c'est terminée dans un concert de musique ancienne.

Je dois dire que l'on a rarement dans la vie la conviction de faire quelque chose d'indiscutablement bien et sauver une invention m'a donné ce sentiment et donc la force de réaliser les 5500 heures de travail nécessaire pour sauver ce patrimoine de la mer entière.

Cheers sera conserver prêt à naviguer six mois par an dans le bassin à flot de port Saint Louis du Rhône,accessible au public pour toute information sur rendez-vous.

Essais en mer

Vincent Besin

December 2006

Vincent has set up a Yahoo Group with photos of all stages of the rebuilding:
praocheers: Les amis de Cheers
Dick Newick's site
A page about Cheers
Loading article data ...

All articles about building a {designer} plan:

{languages/language/en/title}

by {author} {month}, {year}

{languages/language/en/desc} Read more...



the Boatbuilding Ring - Click to Join
[ Prev ] [ Random ] [ List ] [ Next ]

Boat Design Net